Page 1
Page 1

DOCTEUR PAUL NICOLAÏ

(1900-1977)

1960 - Le Docteur Paul NICOLAÏ en compagnie de Maître Robert MOULIS, maire de Fort de l'eau

A gauche, à la retraite à Hyères et à droite avec Madame Nicolaï en 1969

Après sa dernière consultation dans son cabinet de Fort de l'eau

            Que l’on me permette comme auteur de ce DVD d’évoquer quelques souvenirs personnels. Le Dr Nicolaï est sans aucun doute la première personne que j’ai vue en arrivant au monde car c’est lui qui a accouché ma mère. C’était en un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ! Il a passé la nuit à attendre que je veuille bien venir et j’ai eu l’outrecuidance de le faire patienter jusqu’au petit matin ! Du moins, c’est ce que l’on m’a dit. Peut-être est-ce pour cette raison que plus tard il s’est vengé par les vaccinations que mon frère et moi redoutions particulièrement. Il avait trouvé la parade à nos jérémiades, c’était des cris et des gesticulations, il fallait nous tenir solidement. D’où son idée de  terminer sa très longue journée de travail en venant chez nous le mercredi très tard. Mon frère cadet et moi dormions alors profondément, au point de ne pas réagir à la piqûre qui n’arrivait même pas à nous réveiller !!! Ce n’est que le jeudi matin, au réveil, que l’endolorissement de l’épaule révélait son passage ! Heureusement, il n’y en a pas trop eu. Un autre reproche, pardonné d’autant plus que je ne suis pas certain que c’était sur sa prescription = ma mère avait l’habitude de nous “purger” une fois par mois pour prévenir les vers intestinaux. Or, la purge était aromatisée à la framboise. Depuis cette époque, nous ne pouvons plus supporter la framboise qu’elle soit dans les yaourts ou ailleurs ! Et je ne dis rien ici de l’huile de foie de morue ! Mais sans aucun doute, ces traitements ont fait de nous des gaillards solides.


            Le Dr Paul Nicolaï était notre médecin de famille, comme il était celui de très nombreuses familles aquafortaines.


            Né le 10 juillet 1900 à Constantine, il a fait ses études secondaires à Alger (lycée Ben-Aknoun, El-Biar, lycée Bugeaud) et par la suite ses études médicales et son internat.


            C’est en décembre 1925 qu’il vint se fixer à Fort de l’Eau, qu’il n’a plus quitté. Il était LE médecin de famille, comme on aimerait aujourd’hui en rencontrer (il faisait les 35 heures obligatoires aujourd’hui dans la journée !). Toujours dévoué, à n’importe quelle heure, n’importe quel jour et quel que fut le temps. Il soignait les bobos mais aussi les maladies graves, accouchait les jeunes mamans, puis plus tard les enfants de celles-ci et encore plus tard, les enfants des enfants des premières ! Il connaissait si bien ses malades et les familles, que son diagnostic devait précéder son examen médical !


            Je ressens encore la chaleur de son oreille sur mon dos à travers le mouchoir qu’il posait pour écouter, quoi ? je me le demandais avec curiosité. Que pouvait-on entendre dans une poitrine ? Aujourd’hui, l’âge venant, je crois le savoir.

 

            Le Dr Nicolaï s’est encore distingué lors d’une épidémie de  typhus en 1940-1941. Sa présence quasi-permanente auprès des malades dans le village et surtout dans les douars lui valut une reconnaissance (un peu tardive) par la remise de la médaille des Epidémies en 1949. Il s’est encore distingué sur le plan militaire et a obtenu la Légion d’Honneur en 1945. Et puis il a été élu à plusieurs reprises au Conseil municipal dès 1947, figurant en première place sur les listes pourtant en principe opposées ! C’est dire combien il faisait l’unanimité des aquafortains.


            Je suis certain que ces quelques modestes lignes iront droit au coeur de ses nombreux malades (ou des bien-portants) de Fort de l’Eau, qui ne l’ont pas oublié. Il était l’une des personnalités les plus éminentes de notre village. Il était simple, discret, parlait peu, mais son dévouement n’a jamais été pris en défaut. Je le cite souvent en exemple à mon fils, jeune médecin.

            

            Il a pris une retraite méritée en 1970 et s’est installé à Hyères, où il s’est éteint en 1977. Comme beaucoup d’aquafortains, je garderai jusqu’à la fin de ma vie le souvenir du Docteur Nicolaï. Je remercie ici sa fille Annie qui a bien voulu me confier ces quelques photos.


Christian GARCIA

Page du bulletin de Noël 2009 de l'Amicale Aquafortaine du Souvenir

analyse trafic web